XXIème

« Nos rêves, nos renoncements, notre intime débâcle… Cette vie qui nous paraît si lente, fastidieuse certains jours et après laquelle on se retourne à chaque dizaine en chancelant un “mon Dieu…” bien inutile puisque c’est vide là-haut et que personne n’entend jamais notre effroi… Tous ces reflets de nos visages jour après jour après jour après jour qui s’écoulent par la bonde du lavabo. Ces cheveux blancs, ces rides que l’on n’avait pas vues venir, ces sourires qui se décrochent à la moindre seconde d’inattention. Tout ce travail de marionnettiste qu’il faut faire sur soi pour avoir l’air naturel en se déplaçant sur la scène… Ces heures gâchées dans les transports en commun, ces grèves, ces exigences, ces négociations perdues d’avance, ces jours fériés qui tombent un dimanche, cette misère du monde qui nous bouleverse et ce mendiant qui nous gave. Ces enfants qui devront grandir sans banquise, ces footballeurs que l’on adule, ces chercheurs et ces tailleurs de pierre dont tout le monde se contrefout, toutes ces injustices qui ne nous coupent pas l’appétit mais qui nous ballonnent un peu, quand même, au moment de la digestion… Ces mariages qui se fanent, ces attestations que l’on rédige, ces amis virtuels, ces promesses que l’on ne s’est pas tenues, ce corps qui n’est plus tellement désiré et qui, c’est affreux, c’est trop affreux, ne désire plus tellement non plus…»

Désordre et Sentiments, Gavalda.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s