XIXème

« Je ne dis jamais à personne le nom des gens que j’aime infiniment. Je croirais livrer une partie d’eux-mêmes. J’en suis venu à aimer le secret. Lui seul rend la vie moderne merveilleuse ou mystérieuse. La chose la plus quelconque devient délicieuse pourvu seulement qu’on la cache. Quand je quitte la ville, je ne dis plus chez moi où je vais, sinon mon plaisir serait gâché. Je sais, c’est une habitude stupide mais qui apporte une sorte d’élément romanesque à la vie. Cela doit vous paraître tout à fait ridicule.»

Le Portrait de Dorian Gray, Oscar Wilde.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s