XIXème

« Nos désirs étouffés empoisonnent notre esprit. Que le corps pèche et se délivre une bonne fois du péché ! Car l’acte purifie. Rien ne reste que le souvenir d’un plaisir ou la volupté d’un regret. On ne peut se libérer de la tentation qu’en lui cédant. Résistez-lui, et votre âme sera malade du désir de tout ce qu’elle s’interdit, de tout ce que ces lois monstrueuses ont voulu monstrueux ou illicite.»

Le Portrait de Dorian Gray, Oscar Wilde.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s