XXIème

« Vous vous enflammez comme une résine et la femme s’enflamme comme une autre résine et, au bout de six mois vous êtes comme une seule cendre. Mais j’étais honnête. Je convenais que je m’étais conduit comme un goujat en filant à l’anglaise et même à la cloche de bois. Je n’avais jamais donné de mes nouvelles et maintenant le temps passait très vite. Courtes journées, courtes journées. »

Nuits tranquilles à Bélem, Gilles Lapouge.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s