XIXème

« Nos désirs étouffés empoisonnent notre esprit. Que le corps pèche et se délivre une bonne fois du péché ! Car l’acte purifie. Rien ne reste que le souvenir d’un plaisir ou la volupté d’un regret. On ne peut se libérer de la tentation qu’en lui cédant. Résistez-lui, et votre âme sera malade du désir de tout ce qu’elle s’interdit, de tout ce que ces lois monstrueuses ont voulu monstrueux ou illicite.»

Le Portrait de Dorian Gray, Oscar Wilde.

Publicités
XIXème

« Je ne dis jamais à personne le nom des gens que j’aime infiniment. Je croirais livrer une partie d’eux-mêmes. J’en suis venu à aimer le secret. Lui seul rend la vie moderne merveilleuse ou mystérieuse. La chose la plus quelconque devient délicieuse pourvu seulement qu’on la cache. Quand je quitte la ville, je ne dis plus chez moi où je vais, sinon mon plaisir serait gâché. Je sais, c’est une habitude stupide mais qui apporte une sorte d’élément romanesque à la vie. Cela doit vous paraître tout à fait ridicule.»

Le Portrait de Dorian Gray, Oscar Wilde.